Partager

Le Grand Débat National à Alençon

Du 15 janvier au 15 mars, l’État a engagé un Grand Débat National afin de recueillir les attentes et les propositions des Français sur quatre grands thèmes.

La Ville d’Alençon, où il existe une vraie dynamique du débat démocratique et de la participation citoyenne, à l’instar des Conseils Citoyens, des réunions de quartier et des réunions publiques thématiques, a souhaité s’inscrire pleinement dans cet exercice de démocratie inédit. 

La réunion s’est déroulée le lundi 28 janvier, à la Halle aux toiles. La soirée, qui a réuni environ 160 personnes, s’est déroulée en deux temps. Les participants se sont d’abord répartis dans les six ateliers proposés :

  • quatre ateliers sur les thèmes choisis par l’État (« Fiscalité et dépenses », « Organisation de l’État et des services publics », « Démocratie et citoyenneté », « Transition écologique »),
  • deux ateliers sur des thèmes souhaitéspar des participants (« Pouvoir d’achat et salaire », « Le Grand Débat, et après ? »

Au sein des groupes, deux questions ont été posées aux participants : « Quels sont vos constats ? » et « Quelles sont vos propositions ? ». 

Chaque atelier était animé par un modérateur issu des Conseils Citoyens ou du Conseil des Sages. À l’issue des échanges en groupe, qui ont duré environ 50 mn, une restitution des interventions a été faite en plénière par les six modérateurs, pour que chacun soit informé de ce qui s’est dit dans les ateliers. La discussion s’est poursuivie après ce temps de présentation. Au total , 124 contributions ont été recueillies au sein des ateliers.

Grand Débat National - Chiffres clés de la réunion locale du 28 janvier

Grand Débat National - restitution de la réunion locale du 28 janvier

Le compte-rendu des échanges, fidèle, exploitable et respectant les principes du débat, a été transmis à la plateforme numérique du Grand Débat National.

Dans le cadre de la consultation, la Ville a également ouvert un cahier de doléances et de propositions, dès le mois de janvier à l’Hôtel de Ville. Le document de 67 pages, dans lequel s’est exprimée une cinquantaine d’habitants, a été transmis à la préfecture après avoir été numérisé.